L’arrivée du train en gare de la Ciotat 2éme

Il reste donc trois mètres à utiliser. Après avoir éplucher le scénario un plan semble réalisable : le freinage d’un train. Un train qui freine ça devrait se trouver. Mais un endroit où on peu se positionner en face du train en question ce n’est pas si simple car l’idée est d’en ressortir vivant, ou du moins avec la caméra en un seul morceau.

Après avoir épluché un nombre incalculable de gare aux abords de Paris via google maps il est très ardu d’en trouver une qui réunirait les conditions nécessaires : un passage à niveau en bout de quai. Il ne reste plus qu’une solution : appeler Kim Charpillat (qui peut TOUT nous trouver – se référer à la page « équipe ») et qui, encore une fois, nous a sauvée la mise. Elle connaissait en effet la gare de Valmondois (ça ne s’invente pas) au bout de laquelle se trouve un passage à niveau.

Intrépide et courageux, préparé à remonter le temps avec un look dragueur-beauf (pléonasme) des années 60 – voir photo à droite, Morgann filmera la séquence. Louis-Frédéric ayant un prétendu mal de dos s’occupera d’appuyer sur le déclencheur à distance. Après avoir vérifié les horaires de passage des trains, au milieu de l’indifférence générale, l’équipe de deux se positionne. Morgann au milieu des rails tient la caméra en essayant de ne pas trop trembler. Le train approche à une vitesse approximative de 20km/h et freine le plus lentement du monde (à moins que le vent n’eut été trop fort face à la vitesse incroyable du TER). Au moins la « locomotive », le wagon de tête quoi, est esthétiquement superbe – il s’agit d’un train en aluminium. La pellicule décroche au bout de 30s, le second magasin test est donc finit. Persuadé d’avoir bravé un danger de mort sans égal, Morgann goûte un repos bien mérité.

En rentrant une pluie torrentielle s’abat sur la ville de Valmondois, nous sommes installé au chaud dans un TER flambant neuf qui nous ramène à la maison.

Si le plan ne sera sans doute pas grandiose – quoique – le tournage nous aura permis de mettre au clair un planning prévisionnel pour le mois de juin.

Vendredi 1er juin : Casting fille rupture (séquence 13) partie 1 / Repérage plateau de tournage Argenteuil.

Samedi 2 juin : Casting fille rupture partie 2.

Lundi 3 juin : Tournage à la Défense.

Mardi 5 – Mercredi 12 : Pays-Bas pour la séquence 25 (les rouages d’un moulin)

Dimanche 17 juin : Second tour des législatives – nous voulons suivre une personnalité politique sous le crépitements des flashs pour la séquence 3 que nous espérions tourner à Solferino le 6 mai.

Jeudi 21 juin : Fête de la musique. Peut-être sera-t-il possible de filmer un groupe de métal pour la séquence 18.

Lundi 25 juin : Dernier plan du film : la vieille dame en pleur dans le cimetière.

Mardi 26 juin : Séquence du boxeur.

Vendredi 29 juin : Rires dans une petite salle de théâtre.

Samedi 30 juin : Tournage en plateau du plan « architecte » de l’ensemble du film : le travelling vers la petite fille qui crie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :